Toutes et tous ensemble, traçons la route d’une Algérie nouvelle.

Communiqué du CCD

L’Algérie vit actuellement une situation de tension sociale et un climat politique délétère qui nous font craindre une explosion sociale et un embrasement du pays.

Les contestations socio-professionnelles se généralisent et la colère populaire gronde en regard de la crise économique et des mesures d’austérité qui touchent en premier lieu les couches défavorisées et moyennes de la société.

Cette situation est le fruit de la faillite généralisée d’un régime illégitime imposé par la force au lendemain d’une indépendance confisquée. Une situation qui met en danger notre souveraineté et notre sécurité nationales et hypothèque sérieusement l’avenir des futures générations.

Loin de régler les problèmes de la société et face à ses échecs patents dans tous les secteurs, ce régime lâche, ne trouve comme réponse que la répression sauvage d’une jeunesse qui réclame pacifiquement son droit légitime à vivre dignement dans sa patrie libérée par ses aînés au prix de lourds sacrifices. Il n’hésite pas à accuser le monde entier de complot contre l’Algérie et les opposants d’être manipulés par des « mains étrangères ». Des slogans creux et éculés que reprennent ses organes de propagande et son aéropage de thuriféraires.

Il est clair et nous l’avons toujours affirmé, la solution n’est pas dans ces revendications corporatistes ou sociales qui se transforment souvent en des jacqueries stériles et inefficientes. Elle est dans le changement radical et pacifique de ce régime corrompu et immoral.

Face à cette faillite d’une classe politique préfabriquée et d’une classe dite intellectuelle, domestiquée, l’Algérie a besoin de reconstruire une force d’opposition saine et autonome avec du sang neuf, des visages nouveaux et des mains propres.

Nous nous adressons à tous nos compatriotes libres, de toutes les couches sociales et de toutes les tendances politiques, sans exclusion ni exclusive, afin d’œuvrer au rassemblement des volontés sincères et engagées, autour de principes et de valeurs communes, afin de mettre un terme de manière pacifique et ferme à ce régime qui a atteint un stade avancé de déliquescence et de pourrissement. Un régime qui dans sa fuite en avant, menace l’unité et la souveraineté nationales.

Nous en appelons à l’opposition réelle et autonome, éparpillée aux quatre coins du pays et qui œuvre pour un véritable changement, de mettre un terme aux divisions idéologiques artificielles et aux conflits de personnes, pour se rassembler et construire ensemble une alternative commune d’avenir afin de sortir notre Patrie de cette impasse destructrice dans laquelle l’a enfermée ce régime illégitime.

Sommes-nous incapables de nous rassembler comme l’ont fait nos aînés hier, afin de libérer la patrie de cette oligarchie militaro-financière destructrice ?

 

Notre patrie est-elle devenue stérile de compétences politiques et intellectuelles sincères et engagées ? Est-elle condamnée à être l’otage d’une fausse élite servile composée d’imposteurs et de mercenaires politiques ?
Devons-nous attendre le tsunami populaire qui donnera l’occasion à l’oligarchie de faire couler le sang de nos enfants ?

 

Autant de questions que les élites authentiques doivent se poser avant qu’une nouvelle tragédie ne s’abatte sur notre peuple.

 

Nous ne cessons de répéter, tel un leitmotiv, que seul un changement radical du système politique viendra à bout de la grave crise de légitimité du pouvoir qui perdure depuis 1962.

Le véritable changement ne viendra certainement pas d’élections truquées, d’institutions factices, de partis préfabriqués, de pantins ou autres troubadours boulitiques  et encore moins de technocrates serviles et d’opposants de service.

Il est impératif d’aller vers un rassemblement de toutes les volontés sincères et engagées, sans exclusion ni exclusive, par un dialogue fraternel et serein, en vue d’un compromis politique pour aboutir à la constitution de cette force d’opposition fédératrice qui mobilisera le peuple pour un véritable changement et pour signifier au régime sa retraite définitive.

 

C’est cette force politique qui permettra aux volontés sincères au sein du régime actuel et dans l’institution militaire débarrassée de son oligarchie, de franchir le pas, de négocier une transition démocratique et de remettre le pouvoir au peuple souverain usurpé de ses droits au lendemain de l’indépendance par les tartarins armés des frontières.

Ensemble, œuvrons   à imposer :

–  l’intangibilité et l’inviolabilité de la souveraineté du peuple : aucune Institution de l’Etat, quelle qu’elle soit, ne peut se prévaloir d’être au-dessus de cette souveraineté ;

– l’égalité de tous les citoyens et citoyennes, quels que soient leur statut, au sein de l’Etat ou de la Société, devant la Loi ;

– la sacralité de nos Valeurs civilisationnelles forgées par l’Histoire, qui constituent les fondements indissociables de notre algérianité, à savoir : L’Islam, l’Amazighité et l’Arabité

– le respect des droits humains, c’est-à-dire la sacralité de l’intégrité physique et de la dignité de la personne humaine, ainsi que les libertés citoyennes fondamentales, individuelles et collectives, en particulier les libertés de conscience, d’opinion et/ou d’expression, ainsi que le droit d’association ;

– abolition de la police politique sous toutes ses formes, afin d’une part, de libérer le champ politique dans la transparence et, d’autre part, de réorienter les Services de Renseignement et de Sécurité, aussi bien civils que militaires, vers leur mission institutionnelle originelle, d’espionnage et de contre-espionnage, dans le cadre de la surveillance du territoire et de la protection des intérêts nationaux ;

–  la séparation effective des pouvoirs, en particulier l’indépendance du pouvoir judiciaire, seule à même de garantir une véritable Justice ;

– l’alternance au pouvoir, par le suffrage universel ;

– l’affirmation du caractère d’Institution républicaine de l’armée, dans sa mission de défense nationale et de garante de l’intégrité du territoire et de l’indépendance nationale, sous l’autorité et le contrôle du pouvoir politique légitime.

En un mot œuvrons à l’instauration d’un Etat de Droit et des Libertés démocratiques.

Toutes et tous ensemble, traçons la route d’une Algérie nouvelle, une Algérie dont ont rêvé nos aînés qui ont tout sacrifié, jusqu’à leurs vies.

Alger le    05 janvier 2017

Pour le Congrès du Changement Démocratique (CCD)

Mahfoud BEDROUNI

Samir BELLATECHE
Salah-Eddine SIDHOUM

Share on Google Plus

Nombre de lectures: 171 Views

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *